samedi 6 février 2016

ULTRA RAID 28 - La longue marche des vieilles canailles

Je ne pensais pas revoir un jour Denis sur le raid 28, alors l'Ultra, même pas imaginable. Une soirée au Rothen, à peine 2 bières et le voilà qui annonce vouloir faire l'ultra raid 28, il ne tient plus l'alcool le Denis! .Henri, lui, après une année blanche m'avait prévenu que son retour serait fracassant, ''Ce sera l'ultra raid et pas moins'' Je n'ai hésité que le temps d'une entorse d'octobre à les accompagner dans cette aventure. Et nous voilà embarqués dans ce very long trip au départ d'Epernon où nous dépose Flo en ce doux samedi de Janvier.
Avec notre chauffeuse semi-raideuse
Ecoutez bien les consignes !
Sur place on retrouve Fred et les boudugou tenants du titre.
Les stars de l'année dernière accaparés par les médias

C'est toujours les mêmes gestes...
Sereins et déterminés
Henri VI (bientôt VII ...fois finisher du raid 28)
Sophie avec une légende vivante de l'ultra
Mais déjà, c'est le départ. Pas de bousculade entre les 8 capitaines, je me rue sur la carte et comme d'habitude nous sortons les premiers de la salle.
Mon point fort en ultra : le temps de réaction au départ
Je suis un moment désorienté, c'est la première fois qu'on se retrouve dehors en plein jour. Mais très vite j'avise le pylône support de la première balise à 750m à l'ouest. 
Nous partons doucement, bien conscients que cela va être long, mais pointons largement en tête cette première balise. Denis s'empresse d'annoncer la nouvelle au président alors que déjà au loin la meute se rapproche.
Ce n'est qu'à l'approche de Houx, que l'on voit revenir les Boudugou, je commençais à m'inquiéter. A Yermenonville nous pointons les premières et dernières bleues de notre course, il ne faut pas abuser des bonnes choses.
La nuit tombe alors que nous longeons le canal Louis XIV.
 C'est par où Houx?
Après le PC2 c'est le retour dans la plaine vers Epernon, heureusement le vent est plutôt favorable nous donnant une impression de facilité qui ne va pas durer.
Retour sur Epernon par la vallée de la Drouette, pour la fin de ce qui n'est finalement qu'un échauffement de 5h avant le Raid 28. On s'arrête manger en haut de l'escalier de la cote de Diane.
Nous laissons les bleues dans le lotissement de la Diane, pour reprendre le chemin de Raizeux vieux souvenir de vingt-huitards.
Après le PC1 on s'écarte pour laisser passer les TGV du Raid 28 avant de se retrouver à l'abbaye des Moulineaux très fréquentée à l'occasion des nuits du patrimoine.
Les vieilles canailles au purgatoire?
Il y a longtemps qu'elle n'avait pas été autant visitée...

Et de nouveau ils s'enfoncent dans la nuit


Balise 42, premier gros jardinage, nous ne sommes pas les seuls, il y en a partout, y compris les Boudugou. Un définition un peu ambiguë, des chemins de débardage pas sur la carte, on finit par trouver mais à quel prix!

Les chemins sont particulièrement gras et la traversée de la forêt s'avère assez usante.Notre parcours est tracé au plus court et on croise régulièrement la route des Boudugou qui gambadent de vertes en bleues et de bleues en verte.

Les vieilles canailles en route vers vieille-église
A vieille-église on retrouve le parcours du semi-raid. On a une pensée pour ceux qui vont devoir se lever à 3h du matin, j'aimerais pas être à leur place...
 Pas facile de rester concentré entre les phases de somnolence
Puis c'est le traditionnel passage aux vaux de cernay. 
Arrivée à Fourcherolle, le jour s'est levé sur une étrange idée : si on tirait les rois en guise de petit déjeuner. Aussi sec Denis dégaine une galette de sa besace. Champion le gars!
Balise 87 on commence à ne plus avoir les yeux en face des trous, Henri saute la ligne sur le road-book et on passe à côté sans s'arrêter. Il faut dire qu'à ce moment là on discute avec les Boudugou qui font la même erreur !!
Forêt de Port royal, on progresse au milieu de tous les joggers du Dimanche, un peu plus frais que nous.

Balises 104 à 108, les postes sont sur un parcours de trail décrit en annexe, mais non balisé, le truc un peu tordu ou il faut jongler avec 2 cartes. Je m'emmêle les pinceaux dès la première, nous faisant redescendre trop tôt de la colline. Cela nous décale complètement, évidemment on ne trouve rien et j'entraîne mes compagnons dans un jardinage qui va nous coûter 2 balises et beaucoup de temps avant de comprendre ou on est.
Dernière carte, on a un peu de marge côté chrono, heureusement parce que la caille a les ailes coupées...
Enfin nous foulons d'un pas aérien le tapis rouge de l'arrivée au bout duquel nous attend le traditionnel bol de soupe. Cette fois c'était la dernière pensent tout haut les vieilles canailles. C'est quand la prochaine soirée au Rothen?

Remerciements aux photographes du raid Vincent Krieger et François Voisin

Did

1 commentaire:

steph28 a dit…

pas mal pour des vieux sur le retour!
bientôt les canailles sur la PTL ????
à bientôt
steph