mardi 6 février 2018

Semi-raid 28: quelques infos

* Luis est en forme. Il fallait le voir galoper et même sprinter pendant dix heures pour aller pointer les balises avant les autres pointeurs. Au Vulcain, il faudra être fort pour le suivre et le devancer sur 73 km.

* Florence a bien aimé ce semi-Raid 28 pendant ...... deux à trois heures. Puis ce fut un long calvaire. Elle fut courageuse, ne s’est jamais plainte et a vite retrouvé son dynamisme devant une bière après la douche. Elle nous a confié avoir fait des erreurs dans sa préparation, erreurs qu’elle va gommer pour être au top en 2019 !

*Échange de chaussures. Comme tous les ans on devait enlever nos chaussures sales, très sales, très très sales, dans le hall du gymnase. En sortant, Philippe prend une paire de chaussures, la seule qui reste sous la chaise où il a laissée les siennes. En arrivant à Dreux, en voulant nettoyer ses chaussures,  Philippe s’aperçoit qu’il a en main les chaussures de Luis, reconnues grâce aux photos. Échange de sms et rendez-vous pour lundi. Luis récupère ses chaussures mais celles qu’il a ne sont pas celles de Philippe. Ce sont des Kalenji XT6 violettes neuves alors que Philippe avait mis des Salomon XT Wings vertes usées et bien percées sur le dessus. L’enquête est en cours pour retrouver les Salomon de Philippe et le propriétaire des Kalenji.

 *Météo favorable. Malgré les deux heures de bruine juste après le départ, on a eu des conditions météo assez favorables. Il ne faisait pas froid et il n’a pas plu. Par contre le terrain était particulièrement gras par endroits.

* Le parcours nous a semblé plus long que les autres années. Nous avions tous plus de 50km à l’arrivée contre 45/45 annoncés. Et un joli dénivelé, 1200m+...

* Pas de bol pour un JP pas raisonnable qui se blesse à quelques heures de la course. Même si des forfaits sont déjà intervenus dans la semaine avant la course lors des courses par équipes avec inscription plusieurs semaines avant, c’est la première fois que Philippe apprend un forfait trois heures avant le départ ! Heureusement, cela n’a pas eu de conséquences pour ses équipiers Alain et Stéphane sauf qu’ils n’ont pas été classés.

* Philippe n’a pas osé l’appeler dimanche matin à 2 heures quand il a lu le message de forfait de JP. Mais on sait que Denis est prêt à se relancer sur le semi-Raid 28. La preuve, il avait des trémolos dans la voix quand il nous appelés pendant la course pour prendre de nos nouvelles. Ne t’inquiète pas Denis, on te garde une place pour 2019 et chaque jour qui passe te rapproche du prochain départ...

* JP souffre de son claquage. Voici ses derniers messages.
 « Qu'est ce que je douille !! Je sors de chez le médecin, c'est ce qui s'appelle un "GROS" claquage. Ca semblait aller mieux hier et puis je me suis cogné le pieds dans celui du lit et là.....j'ai cru faire un malaise tant la douleur a été violente. J'ai ouvert la fenêtre pour respirer un bon coup et suis resté 10mn immobile debout en attendant que ça passe et depuis c'est une douleur permanente. J'attaque les calmants ce midi. Ouf ! »
« Le médecin m'a dit que l'on s'en remettait très bien ... Reprise en mars sinon je laisse courir la CaP et je remonte sur mon spad ! »

* Solidaires, les équipiers de Florence qui se sont relayés pour porter son sac et alléger sa progression.  Elle fut même poussée dans quelques montées. Mais ses compagnons de route ont regretté qu’elle ait mis dans son sac son transistor pour ne pas rater les infos, ses boules de pétanque au cas où et qu’elle ne prenne que des bouteilles en verre pour ses boissons !

* Confortable le fait d’avoir l’arrivée et le départ au même endroit. Pas besoin d’emmener une voiture à l’arrivée et de revenir au départ. On gagne ainsi une heure de sommeil. On Espère que la formule sera reconduite en 2019.

* On sera nombreux en 2019. En dehors de Florence et Denis qui hésitent encore, les sept autres coureurs de 2018 sont déjà partants de même que Ronan un orienteur de l’Espad. Avec les Maratouristes qui ont annoncé leur retour et ceux qui n’ont pas encore osé le faire, on devrait avoir plusieurs équipes. Papy Turoom peut compter sur nous.

* Sympa pendant la course de retrouver le Bagnard. Ceux qui ont couru la Montagn’hard (C’est lui qui nous sert de la bière au ravito du refuge de Très la Tête.) ou qui suivent le site Kikourou le connaissent. Il était bénévole dimanche à une traversée de route et nous encourageait à quelques encablures de l’arrivée à Bures. Mais pas facile de le reconnaître sans son costume, il était là incognito.

* Ce n’est qu’après l’arrivée et même au moment du repas que l’on a pu voir nos amis Stéphane / Thierry / Jean-Yves Géant qui venaient de finir l’ultra. Thierry nous confiait qu’il était content d’être arrivé. On l’aurait été à moins, 24 heures de c.o. en janvier... Ouf !

* Les trois équipes Maratouristes, Didier/Isabelle/Pascal, Luis/Florence/Philippe et Alain/Stéphane G. /... ont décidé dès avant le départ de faire course commune. À la surprise générale, c’est Didier qui a pris les commandes carte en main. Philippe et Stéphane G. dont c'était les débuts avec les Maratouristes, avaient les autres jeux de carte et suivaient la progression non sans donner parfois leur avis, surtout Stéphane qui était souvent aux avant-postes.

* Alain B. aussi faisait ses débuts avec nous. Orienteur habitué des courses c.o. de l’Espad et des environs, il a été un pointeur assidu ne laissant pas souvent sa place à Pascal ou Luis pour pointer le premier. Stéphane G. autre nouveau fait partie des Raids Dingues.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il y aura le retour de la vengeance de la Dreamteam 28, sur l'ultra s'il a encore lieu. On est tous d'accord la dessus.
Stéphane