lundi 26 mars 2018

Trail de Vulcain: le compte-rendu de Philippe

Pour cette nouvelle sortie à Volvic, j'étais optimiste. Le chrono de 2017 avec Pascal, qui m'avait attendu sur la fin, allait être battu.
Même si j'imaginais que les quatre autres Maratouristes, Luis, Nicolas, Mickey et Pascal, sur cette distance seraient devant, j'étais confiant pour atteindre mon objectif.


Seul souci une contracture à l'aine récoltée un mois avant lors d'une semaine de ski de fond un peu trop fournie.
Comme d'habitude, retrouvailles sympas avec le groupe et Gilbert du Grand raid 73.


Dès le départ, je laisse partir les autres. En fait, Mickey est derrière et je ne le saurai que plus tard. J'avance cool, marchant vite dès que ça monte et trottinant sur le plat et en descente. A bout d'une heure et demie, dans l'ascension finale d'un Puy, je vois Pascal que je salue de loin et les autres une ou deux minutes devant. Pas trop perdu de temps, je suis bien, ça va.

le jour est levé, le PDD approche

un peu plus près encore

Arrive le ravito de Lemptégy où je retrouve Mickey qui me dit qu'il ne m'a doublé qu'au bout de plusieurs km. 
Les autres viennent de partir, ils m'ont pris du temps dans des descentes un peu techniques.
Je repars après Mickey et là, premier souci, je dois réduire ma foulée déjà pas longue à cause de la contracture à l'aine qui se réveille un peu. La boue est omniprésente avec quelques rares plaques de glace sous les feuilles mortes. On glisse, je fais gaffe à ne pas augmenter la douleur. Quand ça monte, ça va. Mais en glissant dans la longue descente vers le pied du Puy de Dôme, je patine et aie, aie, une douleur apparaît derrière la cuisse gauche. Plus moyen de courir. Et merde. Je ne vais quand même pas arrêter. Je continue en marchant cool puis de plus en plus vite, ça passe. Je calcule le temps restant en marchant, un peu moins de 40 bornes, ça va passer. Il faut que ça passe !
Le Puy de Dôme est là, je sais que je vais voir les autres dans la redescente. Le temps passe, je monte et toujours personne. Ils ne m'ont quand même pas mis presque une heure en quinze bornes. Et non, presque en-haut, je croise Pascal, Luis et Nicolas. Photo souvenir et bonne route !

 Ils ont la boucle du sommet, environ 10 minutes, d'avance. Finalement pas si loin que ça malgré mon avancée perturbée. Je continue et 50 m plus haut je reprends Mickey pas très vaillant. Photo encore.

Je mets la gore-tex au sommet car le vent glacial souffle.

Mickey est parti devant. J'essaie d'allonger la foulée en descente, c'est pas terrible. Mais au bout de 7 à 8 km je rattrape Mickey vraiment pas bien.

le PDD est passé, retour à la maison !

Et on arrive ensemble, pas comme des fusées vous imaginez, au ravito 2 de Lemptégy. Et là, on retrouve nos trois compères en train de se restaurer. 





Pascal a froid, il part le premier. 

Mickey part peu après. Luis Nicolas et moi partons quelques minutes plus tard. 


Mais j'ai oublié mes bâtons. Je reviens, Nicolas m'attend, Luis part retrouver Mickey.

impressionnant le paysage au coeur du cratère du volcan de Lemptégy

sur cette photo, on voit, en tout petit Mickey,  Luis et Nico devant moi (de droite à gauche)

La douleur derrière la cuisse est de plus en plus présente. J'essaie de courir par moments pour ne trop freiner Nicolas. Mais c'est impossible, je dois marcher. Il commence à avoir froid à m'attendre en-haut d'un Puy où souffle la tempête de grésil. Je lui conseille de partir et de finir avec les autres. C'est ce qu'il fait.
Devant, Pascal continue a son allure, il finira en 12 h. Luis et Nico attendent Mickey qui peut quand même trottiner contrairement à moi et ils font moins de 12h30 et j'arrive à la tombée de la nuit en 13h06'. Dur mais content d'avoir fini et de retrouver les autres Maratouristes tous finishers du 73 et du 22 ! Vivement le LUT que je retrouve des jambes !

ceux du 73

ceux du 22

tous ensemble

339/ Pascal (53ème V2/75) 12h01'28 ...373/ Luis (5ème V3/13), Nicolas, Mickey (6ème V3/13) 12h24'56 ... 409/ Philippe (7ème V3/13) 13h06'14 sur 459 classés.

Aucun commentaire: