samedi 7 février 2015

Trail blanc des Vosges, le récit de JP

Trail blanc des vosges , 1er trail blanc de france !
Avec 1.50m de neige tombée dans les jours précédant l'épreuve, le décor était planté, ce sera blanc !


Super. Hélas pour nous, les chutes successives n'ont pas permis à la neige de se tasser correctement, rendant les 2 courses très difficiles, avec peu de passages pour vraiment lâcher les chevaux. Motivé par les conditions et par "mon p'tit Gaétan", ce 5,5 km nocturne s'annonçait combatif.


Ce trail blanc est noir de monde. Il fait froid et ça se bouscule au portillon. Partis devant avec Gaétan par peur des éventuels bouchons, je "coince" dès le 1ère bosse ... soit 200m après le départ ! Asphyxié, la gorge brûlante, je n'ai plus de cuisse et je chute sur le tapis blanc plus que confortable et je pressens l'éventualité d'un "Heyzel". Je me relève donc dans l'urgence et repars de plus belle mais il m'est quasiment impossible de courir tant le terrain est souple , un peu comme du sable (blanc évidemment ).


Il n'y a pas d'appui et les chevilles partent de tous cotés. Que c'est dur ! Seules les descentes ou presque permettent de courir. Je marche donc un peu derrière Gaetan qui ne m'a pas vu. Il me faut 3 km pour me réchauffer et commencer à bien respirer. Ca tombe bien puisque nous arrivons au "mur" rallongé pour la circonstance. Interminable , il nous faudra 1/4 H pour en venir à bout. Cote à cote avec Gaetan , celui-ci perdra un peu le rythme dans la descente et quelques secondes. Nous voilà prévenus pour demain.


Nous prenons un copieux petit dèj  en compagnie de "Marie BOOPS" ,logée à la meme enseigne ,  nous exposant les qualités requises pour une telle épreuve , à savoir ( au regard de son compagnon )  de belles cuisses de cyclistes , fuselées à souhaits et promptes à encaisser de tels dénivelés. Ce n'est qu'une fois remonté me changer dans la salle de bain , que devant la glace je me suis rendu compte que c'est de moi qu'elle parlait .... ( j'ai aussi les chevilles fuselées ). Le temps de déneiger la voiture et c'est reparti. Encore énormement de monde sur la ligne de départ. Plus d'un milliers de traileurs.



Le parcours est amputé de 2 km car les motoneige ne passent pas et sécurité oblige. Le départ est prudent et tout aussi impraticable que la veille. Je décide donc de marcher 1mn et courir 3 ou 4 , quel que soit la pente. Ca marche ( passez moi l'expression ) meme si le style est relativement titubant. Le parcours est magique , sublime et la difficulté est bien vite oubliée face à ces superbes paysages. Toute cette neige , c'est géant . Meme le tronc des sapins est blanc ! Je prends le temps de faire quelques photos malgré le froid , la neige ,et  le vent qui me glace régulièrement. Le ravito du 10ème est plutot original puisqu'on y sert des "brochettes de cristaline à la Vosgienne" (voir photo).

ravito vosgien...

 Gaetan , que je croyait un peu plus en peine , n'est en fait pas très loin , à une poignée de secondes. Les 3 derniers km seront les plus beaux. Nous passons sous les sapins , tunnel de bois blanc et poudreuse jusqu'au genou , le dernier effort est tout sourire. Ca y est , la ligne est franchie. Quelques secondes plus tard , Gaetan m'hèle ( les pinceaux ) , synchro pour la petite mousse réparatrice. Il est vrai que les pains de glace distribués à l'arrivée n'étaient pas des plus désaltérants.
W-e à marqué d'une pierre ... blanche . Seule la bière ne l'aura pas été.
jp

Aucun commentaire: