jeudi 6 février 2014

Trail blanc des Vosges, le compte-rendu de JP

Trail blanc des Vosges,
Comment dirais-je … magnifique ! Encore une fois, le trail hivernal choisi par Gaétan et JP aura été bien blanc. Miss trail gagnant. 
Avec un invité,  David. Cerise sur le gateux serais-je tenté de dire puisque non seulement il est grand-père et en plus je suis devant. Ceci explique peut-être cela. 
Après un petit crochet par Semur en auxois pour récupérer Gaétan, nous partons un peu à la bourre en direction de St maurice/moselle. La pluie nous accompagne et se transforme en neige dès la montée du Ballon d’Alsace. Les premiers équipements « anti-glisse » seront donc pour la voiture. 

les trois compères au départ du trail nocturne

Les chaussettes sont mises et la voiture ne glisse plus. Mais déjà le temps presse. Nous perdons une chaussette dans ce franchissement et David a la présence d’esprit d’arrêter une voiture montante (pas la chaussette) qui pourra peut-être la récupérer et la déposer aux premières habitations. On verra …. Nous arrivons à St-Maurice à 17h30 et il reste à gagner le départ à la station de Rouge-Gazon, 11km de montée. Alt 1100m. La neige se fait de plus en plus présente et c’est les premières glissades. Le sommet est proche à en juger les 3 coureurs qui ont abandonné leur véhicule et  courent rejoindre la ligne de départ. Le parking est là mais il reste à s’habiller et à retirer les dossards. C’est un peu la panique pour trouver dans l’urgence épingles, frontale, bonnet … 
Finalement le départ est décalé de quelques mn pour cause de coureurs coinces dans la montée du col. Ca y est, les fauves sont lâchés dans la poudreuse et la nuit noire. Démarrage en côte pour les 5km à parcourir autour de la station sur un tracé où Philippe aurait pris un malin plaisir à nous scotcher. 

week-end réussi, sportivement et amicalement pour JP

Nous nous souviendrons de cette piste rouge. Je pars aux cotés de David juste pour l’intox et c’est finalement Gaétan qui me double dès la première descente. Je reste confiant car certain de le repasser dans la bosse, que dis-je, le "Temple d’amour" version longue qui suit. Si David a été un petit peu plus atomisé que nous, je m'arrache un peu car je me sais moins fort qu’eux sur le plat/descente et je  préserve  quelques secondes d’avances sur Gaétan. 
Nous ferons jeu égal dans la descente qui suit, idéale pour se «poudrer » le nez. Nous passons l’arrivée par tranche de 20 secondes. Autant dire rien. Rendez-vous demain pour l’autre bataille.

à nouveau les 3 Euréliens après la belle bagarre du dimanche

Un picon bière, une pizza, un Pommard 2004, une nuit de sommeil et un bon petit déj plus tard, nous sommes prêts à récidiver. La pression est là et l’objectif pour moi est de ne pas lâcher David en gérant la première partie de course très vallonnée. 
Je pars (trop) vite car il y a vraiment beaucoup de coureurs (950) et un goulet est annoncé. Même scénario que la veille. Gaétan me reprend rapidement dans une grande descente. Ce n’est plus la même neige car c’est de la piste damée et c’est très très glissant. Il faut faire attention. Mais que c’est beau et bon de courir sur fond de carte postale. 

Un trail blanc, blanc, blanc

Il n’y aura que du blanc sous nos chaussures sur ces 17 km. Je reprend un peu de distance dans le mur rouge suivant. Pas question de se retourner. David est un peu asphyxié et va me permettre de prendre une avance que je vais réussir à maintenir en forçant dans les descentes et sur le plat. Plat et faux-plat où je dois parfois marcher car c’est difficile mais je suis motivé. Depuis le départ, je ne cesse de me faire doubler, preuve que je suis parti trop vite mais au final sous les 2h escomptées. 
Avec en prime le soleil dans la dernière partie. Génial ! J’avale les derniers 1500m comme un mort de faim pour un dernier plaisir sportif en doublant (enfin) quelques coureurs. La ligne franchie, j’ai juste le temps de préparer mon appareil, David et Gaétan sont déjà là. A bloc eux aussi. 
2 derniers clics de plaisir pour la postérité .

quel panorama !

La bière d’après-course sera pour moi. Un petit coup de fil du côté du Ballon d’Alsace et ….. la chaussette égarée nous attend au pied de l’église de St Maurice/Moselle. Quel plaisir !  
Vous ne me le demandez pas mais je vous le dis quand-même, le mot que je retiendrai pour ce w-e sera «plaisir». 
Pour diverses raisons.
Le sport permet cela alors ne nous privons pas !
Je remercie mes 2 accompagnateurs pour ce w-e et j’embrasse bien fort Anne et Arthur. 
Pour diverses raisons …
Jp

Aucun commentaire: