mardi 11 février 2014

Trail blanc des Vosges, le compte-rendu de Gaétan

Toujours difficile d'être devant JP, notamment pour la rédaction du CR ;-)
David & JP sont donc arrivés sur Semur vendredi 31 au soir. Jour d'anniversaire de Anne.
Nous avons donc bu une tasse (;-))
Une bonne nuit, un petit déj' égayé par notre petit Arthur et la rencontre David/Arthur.
Une "balade" sous la pluie en ville, une plâtrée de pâtes.
Et hop ! Nous partons pour 3h30 de route direction les Vosges.
La JP-mobile semble au point. Contrôle Technique ok. Pneus quasi-neufs.
Le ballon d'Alsace nous plonge dans l'ambiance : neige au sol, 2° et gros flocons.


Un concours de chaussettes et déjà premier stress : Allons-nous manquer le départ de l'étape 1 : le 5 bornes de nuit.
Et bien non, les organisateurs en sont à la 4ème édition mais ils n'étaient pas au point et à l'heure eux non plus. Sauvés. Gaëtan a même eu le temps de retrouver son bonnet dans l'amas de fringues du carrosse.

Boum ! En route, à bloc pour 5 kilomètres. Je me sais court donc le 5 bornes est pour moi. Demain, 17,4, j'aurai l'occasion de profiter du paysage. Je me dis que JP va en garder sous la pédale et que David va partir fort.
Loupé complet : JP joue l'intox et se sent bien : j'ai du mal à le tenir. David n'est pas dans un grand jour. Mais je me sens bien : J'en remet une couche dès que ça descend ou que c'est plat. Je ne glisse pas car il y a 20 cms de poudreuse sous nos godasses. Par contre, je suis moins à la fête quand faut monter une piste rouge. JP gardera son avance et j'en créé un tout petit sur David.
Comme convenu, les écarts sont pour dimanche matin.

On rallie la chambre d'hôtes avec les pieds gelés. Une douche chaude est bienvenue. Déjà les esprits sont ... à la pizzéria.
"Oooooooooooooooh zut, vous ne faîtes pas de nouilles !?" -"Et bien, on va s'goinfrer une énorme pizza avec viande hachée et huile à volonté ou pomme de terre et oignons".
Et on boit notre vin en + !


Deux - trois fous-rires avec mon partenaire de paddock, JP, et une bonne nuit là-dessus.
Au réveil, il a neigé un tout petit peu. Je n'avais pas envie qu'on parle au p'tit déj'. Avec David, JP, la mamie des chambres d'hôtes et France bleu Vosges dans la même pièce, ça ne s'est pas passé comme ça ... ;-)
La montée se fait bien en voiture, le dernier kilomètre se fait bien ... à pied.
Mais on n'est dans les temps, je nous sens bien. Pas de bobos, pas de douleurs. Moins de 2 heures, c'est l'objectif. Le podium Maratouristes est assuré. On a envie d'y aller. La brume va se lever, ça va être magnifique ces paysages verts et blancs.

Re-boum ! Le départ de l'étape 2 est donné juste avant l'arrivée de l'onglée au doigt et/ou de la pneumonie. L'organisateur nous fait comprendre (ou on a mal-compris) qu'il y aura rapidement un goulet. JP et moi, on se dit "on part devant et un peu vite". Beaux couillons, oui. L'étranglement, je me le suis fait tout seul : Je passe en 33 minutes au 5,5 kilomètres. Puis je me grille complet dans un énorme côte dans laquelle les 10 milles personnes qui me doublent ont toutes un petit mot sympa pour moi. C'est pas bon signe du tout pour vous quand tout le monde "compatît". JP s'envole donc et David me double. 48' au 7,4 kms. Allez, 3ème Maratouristes, c'est bien. Moins de 2 heures, c'est encore réalisable. Même si je glisse beaucoup sur cette neige tassée/dammée et que je n'ai pas la pêche d'hier.


Le plat et faux-plat descendant qui suit me fait du bien, je me refais la cerise : 1h10au 10ème puis 1h35 au 14ème, où j'aperçois David 1'51 devant moi et pas bien du tout.
J'attaque !
Bon, ça n'a pas soulevé la neige cette "attaque" : Je grappille 30" sur David qui a chuté et, surtout, j'assure les moins de 2 heures (1h44 au 15,5 kms puis 1h56 au final).

JP et David ne sont pas douchés et en costard quand j'arrive sous le drapeau à damiers, c'est une seconde satisfaction. David transpire encore et JP n'a pas encore bu son bol de soupe. Je ne suis pas loin. Moins en tout cas que je l'aurais été il y 6, 12 ou 24 mois (Trail Alésia, Volvic ou Grand Brassac).
Ah oui, car faut savoir que quand on est tous les 2, JP, il m'attend. Mais à 3, comme disait ma grand-mère, ça fait toujours des histoires.
Là, pas d'autres histoires que les drôles et belles : Un très beau trail blanc (encore un bon casting, JP), des chronos corrects (- de 2h35 au cumul) et le rapprochement avec David. Bref, de bonnes bases pour cette nouvelle année.
Une date à noter pour 2015, le 1er fév. la 5ème édition. PP sera fort sur cette course.
Un bravo à nos sportifs décorés à Dreux vendredi dernier et un grand bravo à Didier pour la récompense ultime.

La bise, bon trail à Soulaires.


Gaêtan

Aucun commentaire: